Les aspects positifs

Les plantes exotiques envahissantes peuvent également apporter des bénéfices à l’économie et la société humaine. Les bénéfices identifiés en région Provence-Alpes-Côte d’Azur sont liés (d’après les résultats de l’enquête régionale en PACA) :

  • à la commercialisation et à l'utilisation de ces espèces pour l'horticulture, l'aquariophilie (qualités ornementales), l'agriculture (qualités alimentaires), la sylviculture (exploitations forestières, anciennes campagnes de restauration de terrains de montagne dans les Hautes-Alpes par l'ONF, construction d'arboretums dans les départements du Var et des Alpes-Maritimes), l'apiculture (utilisation détournée d'EVEE déjà présentes), la pharmacopée et la cosmétique (ex : les produits à base de figuier de barbarie), la pêche et la chasse (valeurs récréatives) ;

  • à la culture, à l'économie locale (augmentation de la fréquentation touristique, par exemple, autour de l'événement annuel "Mimosalia" qui réunit des collectionneurs et pépiniéristes à Borme-les-Mimosas, notamment autour du genre Acacia spp., aux bienfaits culturels et sociaux (valeur affective de certaines espèces comme le mimosa d'hiver, le figuier de barbarie, les agaves, les griffes de sorcière, le buddleia de David, etc.) ;

  • aux propriétés en faveur de l'environnement de l'usage de certaines d'entre elles (mellifères, stabilisatrices de dunes, purificatrices de l'eau, captatrices de CO2, peu gourmandes en eau et en intrants chimiques car résistantes à la sécheresse estivale et aux parasites, etc.).