Logo INVMED
Hakea sericea Schrad. & J.C.Wendl., 1798


Nom(s) vernaculaire(s)Hakéa soyeux
FamilleProteaceae
OrigineOcéanie
Date d’introductiondéb-XXe

Statuts

Régions administratives
PACAOccitanieCorse
Emergente

Zones biogéographiques continentales
Sud-OuestPyrénéesMéd. Occ.Méd. PACAMassif CentralAlpine
EmergenteAbsente


Description

  • Port : petit arbre buissonnant.

  • Feuilles : vertes foncées, sessiles, cylindriques épineuses, longues de 3 à 8 cm.

  • Tige : unique ou très ramifiée. Pubescente avec une écorce mince brune.

  • Fleurs : blanches rosées en fascicules axillaires. Les anthères sont insérées directement sur les tépales tubulaires courbés, imitant les filets staminaux. Floraison de janvier à mars.

  • Fruits : capsules ligneuses longues de 15 à 28 mm, grossièrement triangulaires à surface bosselée et ornementée. Dans leur première année, les fruits mûrs sont brun violacé, mais deviennent gris pâle avec l'âge. Ils s'accumulent sur l'arbre tout au long de leur vie. Les fruits s'ouvrent à la mort du rameau ou de l'individu en 2 valves contenant chacune 1 graine ailée brune noirâtre. Généralement au moins deux jours sont nécessaires pour l'ouverture des fruits. Les graines peuvent être transportées par le vent sur plusieurs kilomètres.

  • Taille : de 1 à 4 m de haut.

Attention! Des analyses génétiques récentes ont permis d'identifier une nouvelle espèce d'Hakea spp. en région méditerranéenne continentale française : Hakea decurrens, très semblable à Hakea sericea.



Cartes

Répartition par mailles INPN de 10*10 km
Fréquence par départements

Altitudes
Biologie et écologie
MilieuxForêts et maquis
Type de reproduction / propagation

Les graines peuvent rester viables tout au long de la vie de l'arbre.

Type(s) biologiqueNanophanérophyte

Phénologie
Floraison (mois)JFMAMJJASOND


Impacts et aspects positifs
Impacts écologiques

D'après la bibliographie : Les incendies conduisent à la libération massive de graines et stimulent leur germination, ce qui conduit à des populations de semis denses. La végétation indigène est rapidement étouffée.

Cette espèce forment des fourrés d'arbustes denses et impénétrables, ce qui réduit la richesse spécifique en espèces indigènes, affectant la faune, réduisant les ressources en eau de surface et augmentant les risques d'incendie. Hakea sericea modifie aussi fortement la structure de la végétation ce qui conduit à réduire l'abondance et la diversité des oiseaux indigènes, et affecte la structure des communautés d'arthropodes.


Impacts sanitaires

D'après la bibliographie : Hakea sericea, de par sa forte inflammabilité, amplifie le risque incendie menaçant la sécurité des biens et des personnes.


Impacts sur les activités humaines

D'après la bibliographie : Grâce à sa croissance rapide et ses formations denses, cette espèce gène la pratique de certaines activités agricoles (pastoralisme par exemple) et activités récréatives (randonnées, VTT, etc.).



Gestion

Carte des actions réalisées

Méthodes de contrôle ou d’éradication
Prévention

Éviter de planter cette espèce. L'hakéa soyeux est désormais inscrite sur le Règlement européen n°1143/2014 relatif à la prévention et à la gestion de l'introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes, et sera bientôt transcris en législation et réglementation françaises via des arrêtés ministériels sur le territoire métropolitain (courant 2022). Il sera ainsi interdit d'introduire cette espèce dans le milieu naturel, de l'utiliser, de la transporter, de la détenir, de l'échanger ou de la commercialiser.

Méthodes de contrôle ou d’éradication manuelles

L'arrachage manuel peut être envisagé uniquement pour les semis et les jeunes plants.

Méthodes de contrôle ou d’éradication mécaniques

Pour les plants adultes ou qui ne peuvent pas être arrachés manuellement, l'abattage est préconisé et peu être réalisé toute l'année :

  • coupe des individus à la tronçonneuse au plus près du sol ;
  • transfert des rémanents sur des filets bâchés ;

  • export sur une zone d'incinération. Ne pas laisser de graines sur place.

Méthodes de contrôle ou d’éradication chimiques

En Afrique du Sud, les jeunes plants issus de semis ont été contrôlés avec du Triclopyr, et les arbustes avec du Tébuthiuron pour un résultat non connu. Attention! l’utilisation d’herbicides est interdite à moins de 5 m d’un cours d’eau ou d’une zone de captage et inappropriée en sites naturels. Les méthodes de lutte chimique ont des impacts négatifs sur l’environnement et la santé humaine : il est indispensable de privilégier des méthodes alternatives. De plus, il est nécessaire de se tenir au courant de la législation en vigueur en matière d'utilisation de produits phytosanitaires : http://e-phy.agriculture.gouv.fr/

Méthodes de contrôle ou d’éradication biologiques ou écologiques

La lutte biologique est employée avec succès en combinaison d'une gestion mécanique en Afrique du Sud :

  • différents agents de lutte biologique ont été lâchés depuis les années 1970 et montrent de bons résultats : Erytenna consputa, un coléoptère qui se nourrit sur les graines, et Carposina autologa un lépidoptère qui détruit également les graines. Le champignon Colletotrichum gloeosporioides, présent naturellement en Afrique du Sud, a été étudié en laboratoire pour produire un mycoherbicide. Il tue aussi bien les graines que les plantes matures.

  • deux autres agents ont été introduits plus récemment (2001 et 2006) pour renforcer le contrôle biologique : Aphanasium australe un coléoptère qui détruit les parties végétatives des plantes, et Dicomada rufa un autre coléoptère qui attaque les boutons floraux.

Attention! La lutte biologique avec ces agents biologiques ne peut être envisagée en France, du fait des risques induits par leur introduction qui n'ont pas encore été étudiés par les organismes de recherche habilités. L'impact de l'introduction de ces nouvelles espèces exotiques sur le territoire métropolitain (notamment vis à vis de la biodiversité locale) n'est à ce jour pas caractérisé.

Méthodes inefficaces ou inappropriées

Ne pas entreprendre une action sans suivi régulier.

Le passage de feux intenses et répétés dans le cadre d'une gestion de l'hakéa peut avoir des conséquences néfastes pour l'écosystème.

Gestion des déchets

L'incinération ou éventuellement l'enfouissement de la biomasse broyée dans des fosses de plus de 2 m de profondeur si peu d'individus sont les solutions recommandées.

Pour les populations de fortes densités en milieu naturel, le traitement des rémanents par incinération sur une place de dépôt en créant une fosse d’incinération ainsi qu’un merlon de protection autour du foyer peut être préconisée. La zone d’incinération devra être complétée d’une zone de protection supplémentaire tout autour, délimitée par des barrières de chantier (type Heras). L’opération d’incinération sera réalisée par des opérateurs spécialisés avec des moyens matériels appropriés (agents chargés des brûlages dirigés, camions feux de forêt, engin à grappin ou assimilé pour la manipulation du contenu des bâches) à la période la plus favorable au regard des conditions climatiques et de la sensibilité du site vis-à-vis du risque incendie.

Précautions

Aucun lieu de stockage des résidus de coupe de l’espèce, lorsque ceux-ci portent des fruits, ne doit être créé car l’espèce a la particularité d’ouvrir ses fruits, et ainsi libérer ses graines, uniquement quelques jours après la coupe d’une branche ou le dépérissement des individus.

Dans tous les cas, un suivi sur plusieurs années est nécessaire après une intervention, afin d'éliminer toutes les repousses et semis. En effet, chaque année, les nouvelles plantules issues des germinations devront être arrachées sur l’ensemble du site et exportées.

Les graines résistent à une température de 110°C pendant 4 heures.

Commentaires

Espèce végétale exotique envahissante sur le territoire métropolitain : Règlement d’exécution (UE) 2022/1203 de la Commission du 12 juillet 2022 modifiant le règlement d’exécution (UE) 2016/1141 pour mettre à jour la liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union [en attente de la parution de l'arrêté ministériel transcrivant le Règlement européen sur le territoire métropolitain (courant 2022)].


Sources bibliographiques

Bellanger R., Blaison L., Ducatillon C. & Mandon I., 2012. Procédure d’urgence : éradication d’espèces envahissantes dans le massif de l’Estérel, Hakea sericea et Hakea salicifolia. Institut national de la recherche agronomique, Office national des forêts, Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles. 3 p.

Breytenbach G. J., 1989. Alien control: Can we afford to slash and burn hakea in fynbos ecosystems? South African Forestry Journal, 151(1): 6-16.

CABI, 2019. Hakea sericiea (Silky Hakea) [en ligne]. CABI, Invasive Species Compendium. Disponible sur : http://www.cabi.org/isc/datasheet/27302 (page consultée le 26/04/2021).

Esler K. J., Van Wilgen B. W., Te Roller K. S., Wood A. R. & Van Der Merwe J. H., 2010. A landscape-scale assessment of the long-term integrated control of an invasive shrub in South Africa. Biological Invasions, 12(1): 211-218.

Forestry Department, 2013. Biosecurity in forestry : A case study on the status of invasive forest tree. FAO. 18 p.

Gordon A. J., Olckers T., & Hill M. P., 1999. A review of established and new insect agents for the biological control of Hakea sericea Schrader (Proteaceae) in South Africa. Biological control of weeds in South Africa, (1990-1998): 35-43.

GT IBMA, 2016. Hakea sericea [en ligne]. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema. Disponible sur : http://especes-exotiques-envahissantes.fr/espece/hakea-sericea/

Invasoras, 2017. Silky hakea Hakea sericea [en ligne]. Invasoras, Invasives Planrs in Portugal. Disponible sur : https://invasoras.pt/pt/planta-invasora/hakea-sericea (page consultée le 26/04/2021).

Tison J., Jauzein P. & Michaud H., 2014. Flore de la France méditerranéenne continentale. Conservatoire botanique national méditerranéen. Naturalia publications (ed.). 2078 p.

Weber E., 2003. Invasive plant species of the world – a reference guide to environmental weeds. CABI Publishing. Wallingford, UK, 548 p.

-------------------

Citation recommandée : CBNMed, 2021. Hakea sericea [en ligne]. INVMED-Flore, plateforme sur les invasions biologiques végétales. Conservatoire botanique national méditerranéen et Conservatoire botanique national de Corse. Disponible sur : http://www.invmed.fr

Auteurs CBNMed : MR, LF, KD, MH, CC, CS
Révision : 2022



Photos