Logo INVMED
Microstegium vimineum (Trin.) A.Camus, 1922


Nom(s) vernaculaire(s)Microstégie en osier, Herbe à échasses japonaise
FamillePoaceae
OrigineAsie
Date d’introductionA priori absente

Statuts

Régions administratives
PACAOccitanieCorse
PréventionPrévention

Zones biogéographiques continentales
Sud-OuestPyrénéesMéd. Occ.Méd. PACAMassif CentralAlpine
PréventionPréventionPréventionAbsentePréventionAbsente


Description

La microstégie en osier (Microstegium vimineum) n'a pas été observée à l'heure actuelle en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, région Occitanie ou région Corse : dans le cas de toute nouvelle observation de cette espèce sur le territoire, n'hésitez pas à nous alerter (Onglet "Agir" > "Participez aux observations" : http://www.invmed.fr/src/agir/obs.php?idma=43).

  • Port : herbe annuelle décombante, ressemblant à un petit bambou, et devenant vert-jaunâtre ou violet pâle en automne.

  • Feuilles : limbes foliaires étroitement elliptiques, fins, vert pâle, à nervure médiane portant une bande de poils argentés.

  • Tiges : tiges à gaines foliaires plus courtes que les entrenoeuds, la partie supérieure renfermant généralement les épillets cléistogames.

  • Fleurs : inflorescences en racèmes ascendants, terminaux ou à l'aisselle des feuilles ; épillets sessiles.

  • Fruits : caryopses.

  • Taille : de 60 cm à 1 m de haut.

  • Confusions possibles : avec Leersia virginica, qui n'est pas non plus présent en Europe, et avec les Digitaria spp. Ces dernières ont des inflorescences formant plusieurs grappes spiciformes et des feuilles plus allongées.



Cartes

Répartition par mailles INPN de 10*10 km
Fréquence par départements

Altitudes
Biologie et écologie
MilieuxBerges et ripisylves ; Forêts et maquis ; Milieux anthropiques ; Prairies humides
Type de reproduction / propagation

Microstegium vimineum se reproduit par graines avec une pollinisation croisée ou une auto-pollinisation. Chaque plant produit un racème terminal et deux à sept racèmes axillaires, pouvant produire 100 à 1000 graines par an. La densité de graines dans le sol est estimée entre 0,1 et 4 millions de graines/m², qui peuvent rester viables durant 1 à 5 ans. Les graines peuvent survivre à une immersion durant 10 semaines. Elles sont dispersées par l'eau et surtout par les activités humaines (fauche, labour, en s'accrochant aux roues des véhicules, aux chaussures, aux vêtements, etc.). Par ailleurs, Microstegium vimineum peut aussi se reproduire de manière végétative grâce à ses tiges qui s'enracinent aux nœuds.

Type(s) biologiqueThérophyte

Phénologie
Floraison (mois)JFMAMJJASOND


Impacts et aspects positifs
Impacts écologiques

D'après la bibliographie : Aux États-Unis, Microstegium vimineum forme des stations denses, colonisant notamment les strates herbacées des écosystèmes forestiers. Il entre en compétition avec la végétation indigène en réduisant la disponibilité lumineuse pour les espèces végétales.

De plus, il empêche la régénération des espèces ligneuses indigènes et porte atteinte à leur croissance. Il diminue la diversité spécifique et l'abondance des espèces végétales herbacées et des arthropodes.

Il altère la qualité de la nidification de certains oiseaux nicheurs au sol (cailles par exemple). De plus, il augmente le pH du sol, immobilise l'azote, diminue l'épaisseur de litière et peut modifier la composition microbienne du sol. Il semblerait également favoriser les vers de terre exotiques.


Impacts sanitaires

D'après la bibliographie : Aucun impact sanitaire n'est recensé actuellement.


Impacts sur les activités humaines

D'après la bibliographie : Aucun impact socio-économique n'est recensé actuellement : Microstegium vimineum n'est pas consommé par le bétail.


Aspects positifs

D'après la bibliographie : Microstegium vimineum est une plante hôte ou un habitat pour certaines espèces indigènes aux États-Unis (papillons, amphibiens, rongeurs).



Gestion

Carte des actions réalisées

Méthodes de contrôle ou d’éradication
Prévention

Éviter d'acheter cette espèce et de la rejeter dans la nature. La microstégie en osier est désormais inscrite sur le Règlement européen n°1143/2014 relatif à la prévention et à la gestion de l'introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes, repris par arrêtés ministériels du 14 février 2018 puis du 10 mars 2020 portant mise à jour de la liste des espèces animales et végétales exotiques envahissantes sur le territoire métropolitain. Il est ainsi interdit d'introduire cette espèce dans le milieu naturel, de l'utiliser, de la transporter, de la détenir, de l'échanger ou de la commercialiser.

Méthodes de contrôle ou d’éradication manuelles

L'arrachage manuel est possible pour gérer les populations de Microstegium vimineum pour les petites stations envahies. Il doit être réalisé plusieurs fois durant la saison de croissance et avant la libération des graines, et répété durant plusieurs années jusqu'à épuiser la banque de graines du sol.

Méthodes de contrôle ou d’éradication mécaniques

La fauche permet de réduire la production de graines de Microstegium vimineum mais pas de l'éradiquer. Elle doit être impérativement réalisée juste avant la floraison, si elle est réalisée trop tôt ou trop régulièrement elle favorise la production de graines au ras du sol.

Méthodes de contrôle ou d’éradication chimiques

Des herbicides variés sont utilisés aux États-Unis pour lutter contre Microstegium vimineum (clethodim, fexoxaprop-p-ethyl, fluazifop-p-butyl, glyphosate, imazapic, pendimethalin, quizalofop sethoxydim, trifuralin, etc.). Attention! l’utilisation d’herbicides est interdite à moins de 5 m d’un cours d’eau ou d’une zone de captage et inappropriée en sites naturels. Les méthodes de lutte chimique ont des impacts négatifs sur l’environnement et la santé humaine : il est indispensable de privilégier des méthodes alternatives. De plus, il est nécessaire de se tenir au courant de la législation en vigueur en matière d'utilisation de produits phytosanitaires : http://e-phy.agriculture.gouv.fr/

Méthodes de contrôle ou d’éradication biologiques ou écologiques

Un paillage peut être utilisé pour limiter la germination des graines après arrachage de Microstegium vimineum.

Un champignon (Bipolaris sp.) a été observé s'attaquant à Microstegium vimineum aux États-Unis. Il peut réduire la production de feuilles de 40% (Kleczewski et al., 2012).

Méthodes inefficaces ou inappropriées

Une fauche régulière favorise la production de graines de Microstegium vimineum au ras du sol.

Gestion des déchets

Tous les rémanents doivent être évacués avec précaution. Les déchets végétaux doivent être incinérés et non compostés.

L'enfouissement en profondeur ou la combustion sont les méthodes de gestion des rémanents les plus sûres.

Précautions

Les engins et outils doivent faire l'objet d'un nettoyage avant de traiter la zone pour ne pas importer de nouvelles graines d'espèces exotiques, et après les travaux pour ne pas les introduire vers d'autres lieux lors de futurs travaux.

Commentaires

Espèce végétale exotique envahissante sur le territoire métropolitain : arrêté du 14 février 2018 et arrêté du 10 mars 2020 portant mise à jour de la liste des espèces animales et végétales exotiques envahissantes sur le territoire métropolitain.


Sources bibliographiques

Evans C.W., Loewenstein N.J., Bargeron C.T., Barlow C.E. & Moorhead D.J., 2012. Field guide to the identification of Japanese stiltgrass: with comparisons to other look-a-like species. Alabama Cooperative Extension System, 12 p.

Flory S.L., 2010. Management of Microstegium vimineum invasions and recovery of resident plant communities. Restoration Ecology, 18: 103-112

GISD, 2015. Species profile Microstegium vimineum [en ligne]. Global Invasive Species Database. Disponible sur : http://iucngisd.org/gisd/species.php?sc=686 (page consultée le 10/01/20)

GT-IBMA, 2017. Microstegium vimineum [en ligne]. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Agence Française pour la biodiversité. Disponible sur : http://especes-exotiques-envahissantes.fr/espece/microstegium-vimineum/ (page consultée le 10/01/2020).

IPANE, 2020. Japanese stiltgrass [en ligne]. Invasive Plant Atlas of New England. Disponible sur : https://www.eddmaps.org/species/subject.cfm?sub=3051 (page consultée le 10/01/20)

Kleczewski N. M., Flory S. L. & Clay K., 2012. Variation in Pathogenicity and Host Range of Bipolaris sp. Causing Leaf Blight Disease on the Invasive Grass Microstegium vimineum. Weed Science, 60(3): 486-493

Lane B., Kendig, A., Wojan C., Adhikari A., Jusino M., Kortessis N., Simon M., Holt R. & Smith M., Clay K., Flory L., Harmon P. & Goss E., 2022. Fungicide mediated shifts in the foliar fungal community of an invasive grass. Phytobiomes Journal. 10.1094/PBIOMES-03-22-0018-R.

Nitzsche P., Rector P., 2014. Japane stiltgrass control in the home lawn and landscape [en ligne]. New Jersey Agricultural Experiment Station. Disponible sur : https://njaes.rutgers.edu/fs1237/ (page consultée le 10/01/2020)

Rauschert E.S., Mortensen D.A., Bjørnstad O.N., Nord A.N., Peskin N., 2010. Slow spread of the aggressive invader, Microstegium vimineum (Japanese stiltgrass). Biological Invasions, 12: 563-579.

Thompson J.P., 2019. Microstegium vimineum (Nepalese browntop) [en ligne]. Centre for Agriculture and Biosciences International. Disponible sur : https://www.cabi.org/isc/datasheet/115603 (page consultée le 10/01/2020)

Val'hor, 2020. Microstegium vimineum [en ligne]. Code de conduite plantes envahissantes. Disponible sur : https://www.codeplantesenvahissantes.fr/plantes-concernees/ (page consultée le 28/04/2020)

Warren R.J., Wright J.P., Bradford M.A., 2011. The putative niche requirements and landscape dynamics of Microstegium vimineum: an invasive Asian grass. Biological Invasions, 13: 471-483.

-------------------

Citation recommandée : CBNMed, 2021. Microstegium vimineum [en ligne]. INVMED-Flore, plateforme sur les invasions biologiques végétales. Conservatoire botanique national méditerranéen et Conservatoire botanique national de Corse. Disponible sur : http://www.invmed.fr

Auteurs CBNMed : MH, CC, CS
Révision : 2021



Liens utiles

En l’absence de plateforme régionale Corse, données accessibles sur le SINP national