Logo INVMED
Triadica sebifera (L.) Small, 1933 [syn. Sapium sebiferum (L.) Dum.Cours., 1802]


Nom(s) vernaculaire(s)Arbre à suif, Porte-Suif
FamilleEuphorbiaceae
OrigineAsie
Date d’introduction/

Statuts

Régions administratives
PACAOccitanieCorse
PréventionPrévention

Zones biogéographiques continentales
Sud-OuestPyrénéesMéd. Occ.Méd. PACAMassif CentralAlpine
PréventionPréventionPréventionPréventionPréventionPrévention


Description

L'arbre à suif (Triadica sebifera) n'a pas été observé à l'heure actuelle en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, en région Occitanie ou en région Corse : dans le cas de toute nouvelle observation de cette espèce sur ces territoires, n'hésitez pas à nous alerter (Onglet "Agir" > "Participez aux observations" : http://www.invmed.fr/src/agir/obs.php?idma=43).

  • Port : Arbre à feuilles caduques.
  • Feuilles : Feuilles simples, alternes, largement ovales, larges de 3-6 cm, à base largement arrondie, effilées en pointe.

  • Tige : Troncs et branches produisant du latex.

  • Fleurs : Fleurs monoïque, petites, jaunes, à 2-3 sépales, en épis pouvant mesurer jusqu'à 20 cm de long.

  • Fruits : Capsules à 3 lobes d'environ 1 cm de diamètre, brunes à maturité, contenant 3 graines blanches recouvertes de cire.
  • Taille : Jusqu'à 16 m.

  • Confusions possibles : Triadica sebifera se reconnaît facilement à ses feuilles et ses graines.



Cartes

Répartition par mailles INPN de 10*10 km
Fréquence par départements

Altitudes
Biologie et écologie
MilieuxForêts et maquis ; Marais, tourbières, tufières ; Milieux anthropiques ; Prairies humides
Type de reproduction / propagation

L'arbre à suif se reproduit par graines, qui sont dispersées par les oiseaux ou par l'eau. Un arbre peut produire jusqu'à 100 000 graines, qui peuvent rester viables dans le sol au moins 5 ans et qui présentent un taux de germination élevé la première année. La multiplication végétative est également possible, par bouturage des tiges et des racines ou par rejet de souche.

Type(s) biologiquePhanérophyte

Phénologie
Floraison (mois)JFMAMJJASOND


Impacts et aspects positifs
Impacts écologiques

D'après la bibliographie : L'arbre à suif peut former des stations denses et entrer en compétition interspécifique avec la végétation indigène. Il peut accélérer la succession naturelle en transformant des milieux herbacés en milieux arborés. Ses feuilles qui tombent en automne participent à l'augmentation de la concentration en nutriments et en tanins du sol.


Impacts sanitaires

D'après la bibliographie : Les feuilles et les fruits de l'arbre à suif sont toxiques pour l'homme. Sa sève peut être irritante pour la peau et servir de purgatif.


Impacts sur les activités humaines

D'après la bibliographie : Les feuilles et les fruits de l'arbre à suif sont toxiques pour le bétail. En effet, les feuilles contiennent entre autres de l'acide gallique, de l’astragaline, du kaempférol, de la quercétine (Jansen, 2020).


Aspects positifs

D'après la bibliographie : La cire et l'huile des graines de l'arbre à suif sont utilisées pour la production de savon, cire de bougie, peinture, et dans l'industrie agro-alimentaire. Il est aussi utilisé comme arbre ornemental, en agroforesterie, pour son bois, comme teinture, engrais ou agrocarburant. De plus, il a des propriétés médicinales. Les graines de l'arbre à suif sont consommées par les oiseaux, et c'est une plante mellifère.



Gestion

Carte des actions réalisées

Méthodes de contrôle ou d’éradication
Prévention

Éviter d'introduire cette espèce en milieux naturels et semi-naturels. L'arbre à suif est désormais inscrit sur le Règlement européen n°1143/2014 relatif à la prévention et à la gestion de l'introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes, repris par arrêtés ministériels du 14 février 2018 puis du 10 mars 2020 portant mise à jour de la liste des espèces animales et végétales exotiques envahissantes sur le territoire métropolitain. Il est ainsi interdit d'introduire cette espèce dans le milieu naturel, de l'utiliser, de la transporter, de la détenir, de l'échanger ou de la commercialiser.

Méthodes de contrôle ou d’éradication manuelles

L'arrachage manuel est possible pour gérer les populations d'arbre à suif au stade plantule, à condition d'enlever l'intégralité du système racinaire. Les tiges et les racines doivent être exportées hors du site car elles peuvent repartir. Le site envahi doit ensuite être surveillé pendant au moins 5 ans, et toute nouvelle plantule arrachée.

Méthodes de contrôle ou d’éradication mécaniques

L'arrachage mécanique est une technique de gestion envisageable sur les populations d'arbre à suif dans les petites zones envahies, à condition d'enlever l'intégralité du système racinaire. Les tiges et les racines doivent être exportées hors du site envahi car elles peuvent repartir. L'arrachage ne doit pas être réalisé avant la production des fruits pour éviter de disperser les graines. Le site envahi doit ensuite être surveillé pendant au moins 5 ans, et toute nouvelle plantule arrachée. Cette méthode peut être perturbatrice des sols et du milieu (dans le cas de milieux fragiles envahis).

Méthodes de contrôle ou d’éradication chimiques

Des herbicides (ex. aminocyclopyrachlor, aminopyralid, fluroxypyr, glyphosate, hexazinone, imazamox, imazapyr, metsulfuron-méthyl, picloram, triclopyr, etc.) sont parfois utilisés pour gérer les populations d'arbre à suif, avec des résultats variables. Ils peuvent être appliqués sur les souches après coupe des troncs, sur les troncs en enlevant un peu d'écorce, ou sur les feuilles. Attention! l’utilisation d’herbicides est interdite à moins de 5 m d’un cours d’eau ou d’une zone de captage et inappropriée en sites naturels. Les méthodes de lutte chimique ont des impacts négatifs sur l’environnement et la santé humaine : il est indispensable de privilégier des méthodes alternatives. De plus, il est nécessaire de se tenir au courant de la législation en vigueur en matière d'utilisation de produits phytosanitaires : http://e-phy.agriculture.gouv.fr/

Méthodes de contrôle ou d’éradication biologiques ou écologiques

Le coléoptère Bikasha collaris  et le papillon de nuit Gadirtha fusca sont actuellement étudiés comme agents de lutte biologique potentiels contre l'arbre à suif.

Méthodes inefficaces ou inappropriées

La coupe simple (sans dessouchage) n'est pas efficace pour gérer durablement les populations d'arbre à suif, car celui-ci rejette de souche.

Le feu n'est pas efficace : celui-ci peut rapidement repartir.

Le cerclage est une technique qui peut être utilisée pour de petits peuplements mais n’est pas approprié pour les grandes populations en raison de l’effort nécessaire pour appliquer des traitements de suivi afin de contrôler la repousse. Des traitements de suivi peuvent être nécessaires pendant de nombreuses années, jusqu’à l’épuisement des racines.

Le pâturage ne peut pas être envisagé pour contrôler l'arbre à suif en raison de la toxicité du feuillage pour le bétail (notamment les bovins).

L’indondation des parcelles envahies est une technique qui n'a pas forcéemnt de bons résultats : les plantules d'arbre à suif survivent à l’immersion dans l’eau douce ou saumâtre (jusqu’à 50 % de salinité) (Rice, 1998 in OFB & UICN, 2020).

Gestion des déchets

Les déchets verts issus d'opérations de gestion (tiges, racines, inflorescences) ne doivent pas être laissés sur le site envahi car ils peuvent produire de nouveaux individus. Ils peuvent être enfermés dans des sacs, exportés hors du site puis incinérés.

Précautions

Il est préconisé de porter des équipements de protection individuel (gants, etc.) : la sève de la plante étant toxique, il n'est pas recommandé de porter ses mains à la bouche suite à une opération de gestion par contact avec la plante.

Commentaires

Espèce végétale exotique envahissante sur le territoire métropolitain : arrêté du 14 février 2018 et arrêté du 10 mars 2020 portant mise à jour de la liste des espèces animales et végétales exotiques envahissantes sur le territoire métropolitain. L'arbre à suif est réglementé aux États-Unis et en Europe.

Une fois installé, l'arbre à suif est très difficile à éliminer (parfois c'est pratiquement impossible).


Sources bibliographiques

CABI, 2019. Triadica sebifera (Chinese tallow tree) [en ligne]. Centre for Agriculture and Biosciences. Disponible sur : https://www.cabi.org/isc/datasheet/48351 (page consultée le 07/04/2020).

EPPO, 2018. Pest risk analysis for Triadica sebifera. European and Mediterranean Plant Protection Organization, 61 p.

EPPO, 2019. Data sheets on pests recommended for regulation Triadica sebifera (L.) Small. EPPO Bulletin, 49: 285-289.

GISD, 2015. Species profile Triadica sebifera [en ligne]. Global Invasive Species Database. Disponible sur : http://www.iucngisd.org/gisd/species.php?sc=712 (page consultée le 07/04/2020).

Jansen P.C.M., 2020. Triadica sebifera (L.) Small [en ligne]. PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands (basé sur PROSEA 14: ‘Vegetable oils and fats’. Disponible sur : https://www.prota4u.org/database/protav8.asp?fr=1&g=pe&p=Triadica+sebifera+(L.)+Small (page consultée le 07/04/2020).

Langeland K.A., Enloe S.F., 2015. Natural area weeds: Chinese tallow (Sapium sebiferum L.). University of Florida, Intitute of Food and Agricultural Science, 4 p.

McDonald G., Sellers B., Langeland K.A., Duperron-Bond T., Ketterer-Guest E., 2008. Triadica sebifera [en ligne]. University of Florida, Intitute of Food and Agricultural Science. Disponible sur : http://plants.ifas.ufl.edu/plant-directory/triadica-sebifera/ (page consultée le 07/04/2020).

Meyer R., 2005. Triadica sebifera. Fire effect information system. U.S. Department of Agriculture, Forest Service, Rocky Moutain Research Station, Fire Science Laboratory, 30 p.

OFB & UICN France, 2020. Triadica sebifera [en ligne]. Base d’information sur les espèces exotiques envahissantes. Centre de ressources Espèces exotiques envahissantes. UICN France et Office français de la biodiversité. Disponible sur : http://especes-exotiques-envahissantes.fr/espece/triadica-sebifera/

Owens B., 2020. Chinese tallow tree [en ligne].. LSU Agcenter. Disponible sur : https://www.lsuagcenter.com/topics/environment/invasive%20species/chinese%20tallow%20tree (page consultée le 10/04/2020).

Pile L.S., Wang G.G., Stovall J.P., Siemann E., Wheeler G.S., Gabler C.A., 2017. Mechanisms of Chinese tallow (Triadica sebifera) invasion and their management implications–a review. Forest ecology and management, 404: 1-13.

Texas Invasive Species Institute, 2014. Chinese tallow Triadica sebifera [en ligne]. Texas government. Disponible sur : http://www.tsusinvasives.org/home/database/triadica-sebifera (page consultée le 07/04/2020).

Val'hor, 2020. Triadica sebifera [en ligne]. Code de conduite plantes envahissantes. Disponible sur : https://www.codeplantesenvahissantes.fr/plantes-concernees/ (page consultée le 28/04/2020).

VanHeuveln H., 2016. Chinese tallow tree (Triadica sebifera) management and seed biology. University of Florida, 73 p.

Wheeler G.S., Duncan J.G., Wright S., 2017. Predicting spillover risk to non-target plants pre-release: Bikasha collaris a potential biological control agent of Chinese tallowtree (Triadica sebifera). Biological control, 108: 16-21.

Wheeler G.S., Jones E., Dyer K., Silverson N., Wright S.A., 2018. Quarantine host range and natural history of Gadirtha fusca, a potential biological control agent of Chinese tallowtree (Triadica sebifera) in North America. Entomologia Experimentalis et Applicata, 166: 894-906.

Zheng H., Wu Y., Ding J., Binion D., Fu W., Reardon R., 2005. Sapium sebiferum Triadica sebifera Chinese tallow tree. Invasive plants established in the United States that are found in Asia and their associated natural enemies - Volume 2. USDA, Forest Service, Chinese Academy of Agricultural Sciences, 175 p.

-------------------

Citation recommandée : CBNMed, 2021. Triadica sebifera [en ligne]. INVMED-Flore, plateforme sur les invasions biologiques végétales. Conservatoire botanique national méditerranéen et Conservatoire botanique national de Corse. Disponible sur : http://www.invmed.fr

Auteurs CBNMed : MH, CC, CS
Révision : 2021



Liens utiles

En l’absence de plateforme régionale Corse, données accessibles sur le SINP national