Espèces végétales exotiques envahissantes

Ambrosia psilostachya DC., 1836
Nom(s) vernaculaire(s)Ambroisie à épis lisses
FamilleAsteraceae
OrigineAmérique du nord
Date d’introduction1897
Statut PACAEmergente
Statut LREmergente
Statut domaine méditerranéenEmergente
Statut domaine alpinPrévention

Morvant Yves - 30/09/2012 (Cliquer pour zoomer)
Carte de répartition (par maille de 10*10km)

Description

  • Port : plante herbacée dressée vivace en touffe.

  • Feuilles : peu découpées, parfois à pétiole largement ailé.

  • Tige : tiges simples ou à rameaux courts, poilues.

  • Fleurs : grappe dépassant rarement 10 cm avec des fleurs de couleur jaune. Floraison de fin juin à septembre.

  • Fruits : akènes de plus de 3,5 mm à bec de moins de 1 mm et orné d'épines obtuses courtes inférieure à 0,3 mm.

  • Taille : de 10 à 60 cm.

  • Confusion possible : avec Ambrosia artemisiifolia qui est une plante annuelle, avec des feuilles profondément divisées, à pétiole non ailé et avec des grappes de 6 à 20 cm.



Biologie et écologie
Milieux : prairies, pelouses sèches et garrigues ; milieux agricoles ; milieux anthropiques.

Reproduction sexuée et végétative.
Dissémination des graines par : anémochorie ; hydrochorie.
Multiplication végétative par : drageonnement (rejets de souche).

La dispersion de cette espèce se fait essentiellement par reproduction végétative, la reproduction sexuée est alors secondaire (CABI).



Impacts et aspects positifs

D'après la bibliographie : Par multiplication végétative elle peut coloniser rapidement les milieux où elle est implantées. Elle ne semble pas avoir d'impact immédiat sur la diversité de la communauté floristique. Cependant, elle peut être plus problématique dans certaines communautés fragilisées (par des incidents climatiques de plus en plus fréquents, une mauvaise gestion des pâturages, une restauration de milieux dégradés mal adapté) (Fried et al., 2015).


D'après la bibliographie : Son pollen transportable par le vent est allergisant.


D'après la bibliographie : Ambrosia psilostachya envahit les cultures et provoque un appauvrissement du sol et une baisse de rendement (CABI).



Gestion

Carte des actions réalisées sur 'Ambrosia psilostachya DC., 1836'
0 retour(s) sur invmed.

Ne pas planter.

Ne pas accepter de recevoir de la terre dont on ignore la provenance.

Ne pas déposer n'importe où (sur terrain sain ou sur zones de chantier dont le sol doit rester longtemps nu) de la terre ou des déblais provenant de parcelles infestées.

Surveiller les lieux d'apparition potentiels et mettre en place un suivi.

L'arrachage manuel en début d'infestation reste la solution à privilégier, ainsi qu'une très grande vigilance dans les mouvements de terre et la gestion des terrains nus. L'arrachage doit concerné l’ensemble du réseau de racines et de drageons

L’arrachage manuel est très coûteux en temps et en énergie et doit être limité aux zones faiblement infestées et aux nouveaux foyers détéctés. Il doit être effectué avant la floraison par des personnes non allergiques. Cette méthode très fastidieuse est la plus efficace. Elle doit être répétée sur plusieurs années et demande beaucoup de main d’œuvre. Il est nécessaire d’utiliser gants et masques.


La dispersion de cette espèce se faisant essentiellement par reproduction végétative, ce type de gestion reposant uniquement sur la fauche ne garantit pas la rupture totale du cycle de la plante mais permet de réduire considérablement la production de graines et de pollen.


Le désherbage chimique peut être ponctuellement utilisé sur les sites dont la réglementation le permet. Cependant, il ne peut être retenu qu'au cas par cas lorsque les autres solutions n'ont pu être efficaces. Cette méthode conduit à éliminer tous les végétaux, créant ainsi des sols nus qui sont favorables à l'espèce.


La lutte reposant uniquement sur la fauche ne garantit pas la rupture totale du cycle de la plante mais permet de réduire considérablement la production de pollen si elle est effectuée avant la floraison.


Les déchets végétaux doivent être incinérés et non compostés.


Veiller à nettoyer scrupuleusement les machines utilisées, afin d’éviter de disséminer les graines.

Utiliser gants, lunettes et masques lors de l'arrachage et ne pas faire intervenir les personnes allergiques.

Les traitements chimiques sont inappropriés dans des sites naturels protégés ou près des cours d'eau. Il est nécessaire de se tenir au courant de la législation en vigueur en matière d'utilisation des produits phytosanitaires : http://e-phy.agriculture.gouv.fr/



Sources bibliographiques

ANSES. 2017. Analyse de risques relative à l'ambroisie à épis lisses (Ambrosia psilostachya DC.) et élaboration de recommandation de gestion. [En ligne]. https://www.anses.fr/fr/system/files/SANTVEG2016SA0065Ra.pdf (Page consultée le 01/02/2019)

CABI. Invasive Species Compendium. Ambrosia psilostachya (perennial ragweed). [en ligne] https://www.cabi.org/isc/datasheet/4692 (page consultée le 19/03/2018)

Fried G., Belaud A., Chauvel B. 2015. Ecology and impact of an emerging invasive species in France: western ragweed (Ambrosia psilostachya DC.). Revue d’Ecologie (Terre et Vie) 70(12): 53-67.

Pichet A. 2011. Ambroisie, Herbe à poux vivace - Ambrosia psilostachya (Torr. et Gray.). Conservatoire Botanique National Alpin. 3 p.

Tison J.-M., Jauzein P., Michaud H. 2014. Flore de la France méditerranéenne continentale. Conservatoire Botanique National Méditerranéen de Porquerolles, Naturalia publications, Turriers, 2078 p.

Wan S., Yuan T., Bowdish S., Wallace L., Russel S.D., Luo Y. 2002. Response of an allergenic species, Ambrosia psilostachya (Asteraceae), to experimental warming and clipping: implications for public health. Journal of botany 89(11): 1843-1846.

 

 

 

 



Photos

Dernière modification le 01/02/2019