La stratégie PACA 2014


Une enquête régionale relative aux EVEE a été initiée en mai 2013 lors de la phase d’état des lieux régional. Les objectifs de l’enquête étaient :

  • d’inventorier l’ensemble des structures concernées par les EVEE,
  • d’identifier les différentes perceptions de ces espèces,
  • de réaliser un état des lieux des connaissances et actions entreprises sur ces espèces en région,
  • d’identifier les attentes des acteurs concernés par ces espèces.

Plus de 590 structures différentes ont été sollicitées pour participer à l’enquête régionale. Un questionnaire en ligne sur ces espèces a été élaboré et diffusé à l’ensemble des structures recensées. Des entretiens téléphoniques et des rencontres sur le terrain avec plusieurs acteurs ayant répondu à l’enquête ont également été effectués afin d’enrichir les réponses de l’enquête, d’identifier les attentes des acteurs et connaître les principales actions menées en région sur ces espèces.

Un comité technique a été constitué au cours de l’année 2013 afin d’assurer une partie de la gouvernance du projet. Il était composé d'experts, de gestionnaires de milieux naturels, scientifiques, opérateurs techniques étudiant ou confrontés à la problématique des EVEE de diverses filières professionnelles (environnementale, forestière, horticole et paysagère). Les membres de ce comité technique ont été sollicités pour :

  • exprimer les enjeux régionaux relatifs aux EVEE,
  • contribuer à la définition de la stratégie régionale relative aux EVEE en PACA en apportant leur expertise scientifique et leurs expériences,
  • donner un avis consultatif sur les orientations méthodologiques et techniques relatives à cette stratégie.

En ce qui concerne les enjeux régionaux, plusieurs constats ont été faits :

  • Les perceptions de ces espèces sont très différentes selon les acteurs régionaux, les milieux et les territoires concernés.
  • Les enjeux de conservation de la biodiversité et des habitats naturels ne sont pas les mêmes suivant les espèces, les sites et le type de milieu.
  • Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux économiques et aspects positifs liés à la production et à l’utilisation des EVEE pour certains milieux (urbains et exploitations forestières) dans la stratégie de gestion.

En ce qui concerne les attentes vis-à-vis de la stratégie régionale, les constats qui ont été faits sont :

  • un manque de connaissances sur ces espèces,
  • un besoin de mutualiser les informations et de créer un réseau d’alerte et d’échanges entre acteurs régionaux sur cette thématique,
  • un appui technique et financier aux gestionnaires,
  • un manque d’outils communs facilement disponibles,
  • un besoin de prioriser et coordonner la gestion sur ces espèces à l’échelle régionale,
  • de proposer et mettre en place une stratégie de communication régionale adaptée aux différents publics cibles et aux différents objectifs,
  • de travailler en partenariat avec les différentes filières utilisant ou produisant les EVEE et EVEpotE.

 



Pour prendre en compte les constats mis en évidence lors de l'enquête régionale, la stratégie régionale :

  • A permis d’établir une liste régionale d’EVEE et EVEpotE destinée à la gestion des milieux naturels et semi-naturels qui se décline en deux listes biogéographiques (région méditerranéenne et région alpine) et qui mentionne les milieux où l’espèce peut être envahissante et les départements où l’espèce est présente.
  • Tient compte du type de milieux (naturels au s.l. vs urbains) pour chaque action préconisée sur les EVEE et donc des enjeux économiques et aspects positifs liés à certaines EVEE ainsi que des enjeux écologiques de ces espèces (prise en compte des attentes des différents acteurs régionaux des filières environnementale, forestière, horticole, paysagère, agricole etc.).
  • Ne focalise pas uniquement ses actions sur la lutte contre les EVEE mais intègre : la prévention, la sensibilisation, la communication, la formation des professionnels comme du grand public, la gestion différentielle des espèces suivant les sites, la restauration des milieux traités et des actions permettant d’améliorer la connaissance sur ces espèces et de mutualiser les informations.
  • Permet de hiérarchiser les actions de gestion en région suivant le statut régional des espèces, les sites et les grands types de milieux via un tableau d’aide à la décision (ci-dessous).


Définition d’une stratégie de gestion des EVEE et EVEpotE

Pour répondre à l’attente émise par les gestionnaires d’espaces naturels et les politiques publiques en ce qui concerne la nécessité de gérer ces espèces de manière priorisée en tenant compte des milieux et des territoires, un tableau d’aide à la décision concernant la gestion des EVEE et EVEpotE suivant le type de milieu et les publics cibles a été élaboré et récapitule les orientations de la stratégie régionale concernant la gestion des EVEE et EVEpotE (Tableau ci-dessous).

 

 

Aussi les actions de gestion sont prioritaires sur :

  • les EVEE de la catégorie « Emergente » quel que soit le milieu (priorités 1, 2 et 3),
  • sur les EVEpotE de la catégorie « Alerte », uniquement pour les populations envahissantes, au sein des espaces protégés (priorité 1) (Lefebvre et al., 2010 ; Tableau 25) et hors des espaces protégés mais en milieux naturels et semi-naturels (priorité 2),
  • les EVEpotE de la catégorie « Prévention » quel que soit le milieu (hors milieux urbains) lorsque l’espèce est détectée sur le territoire (priorités 1, 2 et 3),
  • les EVEE de la catégorie « Majeure » et « Modérée » uniquement pour les secteurs où l’espèce concurrence une espèce ou une population d’espèce rare et les secteurs à enjeux de sécurité ou de santé humaine (priorité 1).

Ces priorités de gestion sont regroupées dans le Tableau ci-dessus et correspondent aux priorités 1, 2, 3.

De manière moins prioritaire, les actions de gestion peuvent être effectuées sur :

  • les EVEE de la catégorie « Majeure » au sein des espaces protégés et particulièrement sur les secteurs insulaires et les zones à forte valeur patrimoniale (priorité 4),
  • les EVEE de la catégorie « Modérée » au sein des espaces protégés et particulièrement sur les secteurs insulaires et les zones à forte valeur patrimoniale (priorité 5).

Ces priorités de gestion sont regroupées dans le Tableau ci-dessus et correspondent aux priorités 4 et 5.

Enfin, les interventions ne sont pas prioritaires sur :

  • Les EVEE de la catégorie « Majeure » et « Modérée », hors espaces naturels, hors secteurs où l’espèce concurrence une espèce ou une population d’espèce rare et hors secteurs à enjeux de sécurité ou de santé humaine.
  • Les EVEE de la catégorie « Alerte » (pour les populations qui ne sont pas envahissantes) en milieux naturels et semi-naturels, protégés ou non.
  • Les EVEE de la catégorie « Alerte » dans tous les milieux semi-naturels fortement influencés par l’homme et en milieux agricoles.

En ce qui concerne les milieux urbains, aucune action de gestion n’est préconisée. Néanmoins, des espèces sont à retirer du commerce et des plantations ; elles ne doivent plus être utilisées (espèces de la liste de consensus). D’autres espèces peuvent être commercialisées et utilisées mais uniquement dans certains milieux (espèces de la liste de restrictions d’usages suivant le milieu).

Enfin, quel que soit le statut des espèces, leur utilisation (plantation) en milieux naturels, semi-naturels et fortement anthropisés est à proscrire.

A la suite de cette première hiérarchisation, des priorités d’intervention peuvent encore être définies en prenant en compte d’autres paramètres (par exemple au sein des espaces protégés pour plusieurs espèces de même catégorie) :

  • l’étendue des foyers,
  • la présence d’espèces rares et/ou protégées,
  • la faisabilité de gestion (accessibilité des sites),
  • la probabilité de succès,
  • les moyens financiers pouvant être alloués aux opérations de gestion.

 


La stratégie régionale relative aux EVEE en PACA se concrétise à travers l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan d’actions sur ces espèces. Ce plan d’actions se compose de cinq axes qui sont les lignes directrices de la stratégie régionale :

  • Axe I : Améliorer et mutualiser les informations sur les EVEE et EVEpotE
  • Axe II : Limiter l’introduction d’EVEE et EVEpotE en milieux naturels et semi-naturels et gérer les espèces en priorisant les actions
  • Axe III : Limiter l’introduction et gérer certaines EVEE et EVEpotE en milieux fortement anthropisés
  • Axe IV : Communication, sensibilisation et formation
  • Axe V : Gouvernance et animation

Dix-sept objectifs sont déclinés au sein de ces cinq axes. Cinquante-neuf actions sont proposées pour répondre à ces objectifs.

Les orientations de ce plan régional d’actions sont cohérentes et conformes avec :

  1. les principes directeurs des principales conventions internationales existantes et traitant des EEE (CDB, Convention de Berne, Directive habitats, etc.),
  2. les recommandations européennes (Genovesi & Shine, 2004 ; Shine et al., 2009),
  3. les objectifs de la Stratégie nationale pour la biodiversité (2011 – 2020) traitant des espèces exotiques envahissantes,
  4. les actions à réaliser au niveau régional pour la mise en œuvre du règlement européen relatif aux espèces exotiques envahissantes (mise en œuvre prévue dès 2015).

 


Axe 1 : Améliorer et mutualiser les informations sur les EVEE et EVEpotE

Objectif 1 : Améliorer les connaissances sur les espèces

Action 1Améliorer la connaissance sur la répartition des espèces et centraliser les informations dans la base de données floristiques SILENE-Flore 
Action 2Améliorer la connaissance sur la biologie et l’écologie des espèces
Action 3Améliorer la connaissance sur les voies d’introduction et de propagation des espèces en région
Action 4Identifier les perturbations et les causes anthropiques locales à l’origine de la présence et de la prolifération des EVEE et EVEpotE en milieux naturels et semi-naturels
Action 5Capitaliser la connaissance sur les méthodes de gestion
Action 6Améliorer la connaissance sur les impacts négatifs et les aspects positifs des espèces
Action 7Effectuer une analyse coût/bénéfice (ACB) et une analyse socio-économique sur quelques EVEE pour lesquelles il y a un conflit d’intérêt
Action 8Améliorer la connaissance sur la dynamique des espèces exotiques dans les jardins botaniques
Action 9Identifier les effets du changement de l’usage du territoire et ceux du changement climatique sur la dynamique des EVEE
Action 10Améliorer la connaissance sur la résilience des habitats envahis et sur la relation entre ces habitats envahis et la biodiversité

Objectif 2 : Développer des réseaux et des outils pour échanger l’information

Action 11Mettre en place un réseau sur les EVEE et l’animer
Action 12Actualiser régulièrement la liste régionale des espèces végétales exotiques envahissantes et potentiellement envahissantes à destination des gestionnaires d’espaces naturels
Action 13Mettre en place une surveillance du territoire et un système d’alerte efficace à l’échelle régionale
Action 14Utiliser les outils d’échanges d’information existants et en développer de nouveaux

Axe 2 : Limiter l’introduction d’EVEE et EVEpotE en milieux naturels et semi-naturels et mettre en place une gestion hiérarchisée

Objectif 1 : Limiter l’introduction d’EVEE et EVEpotE en milieux naturels ou semi-naturels et la prolifération de ces espèces en milieux aquatiques

Action 15Ajouter des prescriptions concernant l’utilisation des EVEE et EVEpotE dans les schémas départementaux de gestion cynégétique (agrainage et affouragement) ou proposer une charte d’engagement sur les EVEE à l’intention des structures concernées
Action 16Ajouter des prescriptions dans les actes administratifs qui encadrent les chantiers en milieux aquatiques ou proposer une charte d’engagement quant à la gestion des EVEE à l’intention des structures concernées

Objectif 2 : Détecter précocement les stations d’EVEE émergentes à l’échelle régionale et mettre en place des actions rapides sur ces espèces en milieux naturels et semi-naturels 

Action 17Cartographier les stations recensées pour chaque EVEE émergente (catégorie régionale) et alerter les acteurs régionaux concernés en cas d’extension rapide d’une de ces espèces
Action 18Identifier les méthodes de lutte connues pour les espèces émergentes
Action 19Etablir un plan régional de gestion pour quelques EVEE émergentes
Action 20Coordonner les actions de gestion avec les territoires limitrophes

Objectif 3 : Mettre en place une veille sur les EVEpotE et réagir rapidement lorsque les populations sont envahissantes en milieux naturels et semi-naturels

Action 21Créer et diffuser des alertes pour signaler la prolifération ou le comportement envahissant localisé de certaines EVEpotE 
Action 22Mettre en œuvre des actions de gestion localisées sur les éventuelles populations envahissantes d’EVEpotE en milieux naturels et semi-naturels

Objectif 4 : Prioriser la gestion pour les EVEE largement répandues en région (correspond aux espèces des catégories « Majeure » et « Modérée ») dans les espaces protégés

Action 23Elaborer avec les gestionnaires intéressés une méthode de hiérarchisation des actions de gestion de ces espèces au sein des espaces naturels protégés
Action 24Mettre en œuvre des actions de gestion sur les EVEE « Majeures » et « Modérées » dans les espaces protégés (en particulier en milieu insulaire)

Objectif 5 : Restaurer les sites gérés pour les EVEE et EVEpotE et évaluer l’efficacité des actions

Action 25Proposer des protocoles de restauration et promouvoir les marques valorisant la flore locale
Action 26Elaborer des protocoles d’évaluation de l’efficacité des actions de gestion
Action 27Surveiller les sites gérés au minimum durant cinq années 

Objectif 6 : Prendre en compte les enjeux économiques des productions forestières et les aspects positifs de certaines espèces dans la gestion des EVEE en milieux naturels et semi-naturels

Action 28Effectuer des diagnostics biologiques pour quelques essences exotiques exploitées par la filière forestière et proposer des préconisations de gestion différentes suivant les sites et les enjeux

Objectif 7 : Prendre en compte les enjeux sanitaires et de sécurité humaine dans la gestion des EVEE en milieux naturels et semi-naturels

Action 29Détecter et gérer rapidement les espèces qui nuisent à la santé et à la sécurité humaine (en milieux naturels et semi-naturels)
Action 30Utiliser des arrêtés préfectoraux pour gérer ces espèces (en milieux naturels et semi-naturels)

Axe 3 : Limiter l’introduction et gérer certaines EVEE et EVEpotE en milieux fortement anthropisés

Objectif 1 : Prendre en compte les enjeux sanitaires et de sécurité humaine dans la gestion des EVEE en milieux fortement anthropisés

Action 31Détecter et gérer rapidement les espèces qui nuisent à la santé et à la sécurité humaine (en milieux fortement anthropisés)
Action 32Utiliser des arrêtés préfectoraux pour gérer ces espèces (en milieux fortement anthropisés)

Objectif 2 : Limiter l’introduction, hiérarchiser les actions de gestion et restaurer les sites gérés en ce qui concerne les EVEE et EVEpotE en milieux semi-naturels fortement anthropisés (parcelles agricoles, axes routiers, autoroutiers et ferroviaires, berges de cours d’eau anthropisées, anciennes gravières, ballastières, pistes de ski, etc.)

Action 33Gérer en priorité les EVEE émergentes dans les milieux semi-naturels fortement anthropisés
Action 34Proposer une charte d’engagement pour les entreprises effectuant des travaux d’aménagement et de revégétalisation dans les milieux semi-naturels fortement anthropisés
Action 35Restaurer les sites gérés en milieux semi-naturels fortement anthropisés et faire un suivi des sites sur plusieurs années
Action 36Contrôler les EVEE « Majeures » et « Modérées » en milieux semi-naturels fortement anthropisés des sites situés à proximité de milieux naturels à forts enjeux de conservation pouvant être envahis par ces espèces
Action 37Limiter l’introduction et la prolifération d’EVEE et EVEpotE dans les parcelles agricoles

Objectif 3 : Limiter l’introduction de certaines EVEE et EVEpotE en milieux urbains et périurbains

Action 38Etablir, en partenariat avec la filière horticole, des listes de consensus et de restrictions d'usages suivant le milieu à destination des producteurs, vendeurs et prescripteurs de végétaux et amateurs de jardins
Action 39Ajouter des fiches actions sur les EVEE et EVEpotE dans les Agenda 21 locaux
Action 40Inclure des critères spécifiques concernant l’usage de certaines EVEE dans la grille d’évaluation des labels « Villes et villages fleuris » et « Départements fleuris »

Axe 4 : Communication, sensibilisation et formation

Objectif 1 : Définir un plan de communication

Action 41Identifier les différentes cibles
Action 42Définir les objectifs de communication en fonction des publics cibles
Action 43Identifier les différentes perceptions des EVEE
Action 44Identifier les messages à véhiculer en fonction des cibles et des objectifs de communication ainsi que les réseaux régionaux ou acteurs pouvant diffuser ces messages
Action 45Identifier les moyens et supports de communication existants et ceux à créer
Action 46Définir et détailler le contenu des actions de communication (cibles, objectifs, support(s) de communication adapté(s), thèmes à aborder, messages à véhiculer, planning de réalisation)
Action 47Mettre en œuvre les actions de communication et évaluer leurs résultats

Objectif 2 : Sensibiliser les différents publics (professionnels, grand public, producteurs, prescripteurs, etc.) à la problématique des EVEE en milieux naturels et semi-naturels

Action 48Sensibiliser les élus et décideurs par le biais d’une structure externe
Action 49Sensibiliser le grand public
Action 50Informer les structures en charge du traitement des déchets en région du traitement spécifique à effectuer pour les déchets verts d’EVEE et EVEpotE
Action 51Sensibiliser les professionnels et propriétaires forestiers
Action 52Sensibiliser les producteurs, vendeurs et prescripteurs de végétaux à la problématique des EVEE en milieux naturels et semi-naturels via des préconisations ou des codes de conduite

Objectif 3 : Proposer des formations sur les EVEE

Action 53Proposer davantage de formations sur les EVEE (reconnaissance, gestion, etc.) destinées aux professionnels
Action 54Proposer des formations sur les EVEE (reconnaissance, gestion, etc.) destinées aux étudiants et élèves des écoles primaires et secondaires

Axe 5 : Gouvernance et animation

Objectif 1 : Assurer la gouvernance et l’animation du plan d’actions

Action 55Co-piloter la mise en œuvre de la stratégie régionale EVEE en PACA
Action 56Assurer le bon déroulement de la mise en œuvre du plan d’actions

Objectif 2 : Mettre en place des groupes de travail spécifiques

Action 57Mettre en place un groupe de travail spécifique avec des représentants de la filière horticole et des espaces verts pour établir les listes de consensus et de restrictions d’usages suivant le milieu (Groupe de travail « Producteurs et prescripteurs de végétaux »)
Action 58Mettre en place un groupe de travail spécifique avec des représentants de la filière forestière (Groupe de travail « Forêts »)
Action 59Mettre en place un groupe de travail spécifique pour l’axe « Communication, sensibilisation et formation »